Historique

Créé le 1er janvier 1937 pour préparer l’exposition qui sera organisée à l’occasion de l’ouverture future du Canal Albert, Le Grand Liège se donna pour objectifs de « conserver et rendre à la Ville de Liège, en particulier, et à la Région wallonne en général, un essor économique plus grand, un rayonnement intellectuel plus vivace, en un mot une renommée digne d’une grande ville ».

Lorsqu’on considère l’action du Grand Liège dans les années qui précédèrent et suivirent la Seconde guerre mondiale, il apparait que cette action s’inscrit dans le droit fil des orientations définies par les fondateurs de l’ASBL. Guidés par un souci d’efficacité, conscients des changements profonds de l’économie et de la société, les dirigeants du Grand Liège ont mené des actions dictées par une vision réaliste de la situation, un volontarisme constant qu’inspirent un attachement profond au pays de Liège et une modernité qui nous les rend proches.

 

Les Présidents

Georges Truffaut

Socialiste et militant wallon ardent, à l’époque Echevin des Travaux de Liège et Député, il fonde l’asbl et en devient le premier président (1937 – 1942). Il a déjà en tête l’organisation de l’Exposition internationale de l’Eau, qui se tiendra en 1939 autour de l’inauguration du canal Albert.Cette exposition est le symbole même des objectifs de l’association : elle contribue au développement urbain de la ville, donne lieu à de nombreuses manifestations culturelles (expositions d’art, concerts de stars, mise en valeur de l’architecture mosane par la reconstitution d’un village typique) et sportives et constitue un formidable outil de promotion pour la ville.
Le Grand Liège cesse ses activités pendant la deuxième guerre mondiale, bien que l’occupant allemand utilise le nom « Gross Lüttich » pour désigner l’organisation administrative qu’il veut mettre en place sur le territoire de la Ville et les communes avoisinantes.

 

 

 

Edgard Frankignoul

A la libération, cet industriel liégeois reprend la présidence (1944-1954) et fait face aux nombreux défis posés par la reconstruction des infrastructures industrielles, urbaines et de transport (routières en particulier). Il se consacre également au problème de la restitution des œuvres d’art liégeoises pillées par l’occupant et dispersées dans les musées allemands.

 

Georges Thone

Il succédera Edgard Frankignoul, de 1954 à 1965. Confronté au problème des Fourons, rattachés à la province de Limbourg contre leur volonté, il sort l’asbl de sa réserve et intervient publiquement. Ses prises de position personnelles rompent l’entente qui avait présidé à la création du Grand Liège.

 

 

Jean Lejeune 

Il succède à Georges Thone en 1965. Professeur d’Histoire à l’Université de Liège, échevin (libéral) des Travaux et des Musées de la Ville de Liège, il donne au Grand Liège un rôle important dans la création de l’Euregio Meuse-Rhin en 1976, qui traduit dans les faits le « Pays sans Frontières » qu’il a décrit dans une de ses publications.

 

 

 

Jacques Levaux

Sous sa présidence (1979-1991), Le Grand Liège favorise l’expansion de l’ULg sur le site du Sart-Tilman et, non content d’assister à la fusion des communes liégeoises, se déclare ouvertement favorable à la création d’une Communauté urbaine. Le Grand Liège met en place en 1982, avec la collaboration de l’Union Wallonne des Entreprises et la Société d’études et d’expansion, une structure internationale de promotion de la Ville de Liège (la Maison internationale de Liège asbl).

 

 

 

 

Jean-Maurice Dehousse

Ancien ministre-président du Gouvernement wallon, ministre fédéral et bourgmestre de Liège, il succède à Jacques Levaux en 1992. Il s’élève contre la suppression du Centre de production de la RTBF de Liège et favorise, à la tête du Grand Liège, le développement de l’aéroport de Bierset, l’arrivée du TGV et la réalisation du Trilogiport.

 

Michel Foret

Ancien Ministre et Gouverneur honoraire de la Province de Liège, il devient officiellement président lors de l’Assemblée Générale du 16 décembre 2015 où il expose un programme d’action ambitieux s’articulant autour de quatre axes : placer Le Grand Liège au cœur d’une dynamique urbaine supracommunale, contribuer à la dimension internationale de la ville et de la province, développer une force fédérative susceptible de mettre en avant les atouts de Liège, apporter un soutien aux manifestations importantes organisée dans la province. Ces quatre axes élargissent ainsi le champ d’action territorial et fonctionnel de l’asbl, lui conférant notamment une compétence provinciale voire eurégionale.