Michel AUDET , Délégué général du Québec à Bruxelles

20/09/2016
  • Thème: "La Francophonie: perspectives québécoises et enjeux globaux"

  • Orateurs : Michel AUDET, Délégué général du Québec à Bruxelles et Roger DEHAYBE, Administrateur honoraire de l’Organisation internationale de la francophonie.

« Embarque dans mon char », ou une soirée dédiée à une francophonie multiple !

C’est un dialogue entre un Michel Audet et un Roger Dehaybe, tous deux intéressants, vifs, amusants et prolixes, que s’est offert le Grand Liège ! Car pour parler de francophonie aujourd’hui, il fallait deux hommes d’envergure, que lient une grande amitié et un profond respect de nombreuses années.

Commissaire Général aux Relations Internationales de la Communauté Française de Belgique, depuis peu Fédération Wallonie-Bruxelles, et Administrateur général de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie, Roger Dehaybe rappelle les origines de la Francophonie : une mise en avant du rôle de la langue comme vecteur de communication entre les peuples d’Afrique de l’Ouest, et comme facilitateur de reconnaissance de leurs diverses cultures, comme fondement même de la diversité et par là même, de la richesse du monde. Une langue permettant de mener des peuples à une avancée politique, une langue favorisant les appuis et les prises de positions internationales, en retrait certes, mais en influence reconnue. De Senghor à l’OIF, que de chemin parcouru !

Lorsque le Délégué général du Québec en Belgique prend le relais, c’est pour nous apprendre, notamment, que le français d’Outre-Atlantique nord, vient principalement des ports français du XVIe siècle, et se fonde sur de nombreux emprunts au vocabulaire maritime… « Embarque dans mon char », prononcé avec un accent de là-bas, restera sans l’ombre d’un doute, dans la mémoire d’un auditoire attentif ! Mais ce que nous signale surtout Michel Audet, c’est que le combat du français est plus fondamental, sémiotique, s’opposant dans une volonté de survie à la suprématie de l’anglais, de nombre de chaînes de télévisions et de radios anglophones.

Quel est le sort du Français dans un monde de plus en plus #globish ? S’il est la 5e langue dans le monde, la 2e langue la plus étudiée, et la 3e langue des affaires après l’anglais et le chinois, malgré 750 millions de locuteurs dans le monde en 2050, il risque bien de se faire manger par le monde… Avec la volonté de rassembler parmi les 57 pays membres de la francophonie, les 32 ministres de l’éducation des pays ayant le français comme langue officielle, avec l’appui de nombreuses universités, avec la volonté de rendre la francophonie attrayante, il est dit cependant que le français peut bien survivre et s’arroger ce réel rôle de création de réseaux de collaboration entre acteurs économiques et politiques…

Une soirée intéressante, qui a provoqué pas mal de questions de la part d’un Jean-Marc Defays, nouvellement élu Président de la Fédération internationale des professeurs de français, et d’une assemblée bien active, et qui s’est terminée dans un bel esprit de convivialité à la liégeoise, autour d’un verre de vin et d’un buffet alléchant.

 

Pour les plus intéressés : RDV d’ores et déjà au XVIe Sommet de la Francophonie du 22 au 27 novembre 2016, à Madagascar ! Plus d’infos sur http://www.francophonieantananarivo-2016.mg/

Pour une vue générale sur la francophonie : http://www.francophonie.org/-Qu-est-ce-que-la-Francophonie-.html

 

 

Avec le soutien de la Province de Liège

 

 

  Retour