Mgr J. DELVILLE, Evêque de Liège

17/11/2016

 

 

Compte-rendu de la Conférence de Monseigneur Jean-Pierre Delville, Evêque de Liège

Le 17 décembre 2016

Thème:  "L’Eglise catholique de Liège face aux défis économiques et écologiques ».

 

"Le Grand Liège se veut un lieu de rencontres entre les acteurs importants de la ville, de la Province, de l’Euregio. Rappelant que Liège avait été au cours des 9 siècles de Principauté, le siège d’un évêché dont l’évêque était nommé par l’Empereur, le Président accueillait naturellement son Evêque actuel et l’invitait à parler de l’Eglise chrétienne catholique face aux défis économiques et écologiques contemporains.

Membre de la Communauté de Sant’Egidio, qui vise l’aide aux plus démunis, Monseigneur Delville privilégie les relations et les rencontres entre les différentes communautés religieuses et œuvre pour la paix, en vrai humaniste qu’il est. Sa compassion spontanée, la proximité qu’il montre envers ses collaborateurs, sa simplicité, son humour, sont des qualités que notre Président tient à souligner, sans oublier une culture remarquable, un don de musicien et de conteur.

C’est une conférence en deux volets, l’un, historique et l’autre, plus actuel, que nous propose notre Evêque. Le 19e siècle est celui de la révolution industrielle, des crises sociales, qui ont mené au travail des enfants, à la pauvreté. Mais aussi à des réactions, venant de la population. Des femmes se regroupent au service des pauvres, ce sont les Filles de la Croix, qui créeront une communauté religieuse active avec un esprit d’entreprise dans le social, aujourd’hui dans le monde ; des étudiants aussi, sous la houlette de Frédéric Ozanam, laïque, qui seront à l’origine de la Conférence de Saint-Vincent de Paul, utile et efficace encore actuellement, notamment dans sa collaboration avec les CPAS. Tandis que la théorie communiste de Marx se répand, des associations ouvrières se mettent en place, qui mèneront à la création de caisses, mères des mutuelles actuelles, et du Patronage St-Joseph, à la base de l’Institut technique et professionnel St-Laurent que l’on connaît, de même que des syndicats, pour asseoir l’idée de respect d’une justice sociale. Fin 19e, le POB se crée, les catholiques s’unissent, les grandes grèves éclatent… tandis que l’abbé Antoine Pottier, se fondant sur St-Thomas d’Aquin, parle de justice, non pas simplement contractuelle, mais de justice générale, idée qui sera relayée par le premier ministre de l’époque et concrétisée, votée : un salaire minimum, une législation sociale. D’un engagement ponctuel de congrégations, on arrive à un fondement structurel ancré dans une législation. Au 20e siècle, Paul VI, Jean-Paul II, François Ier travaillent au respect du travail, à l’intégration du pauvre dans la société, voire à sa libération, ainsi qu’à la promotion de la paix dans le monde. Ce qui passe aussi par une dimension d’éducation et de partage.

Aujourd’hui, à Liège, les congrégations de bénévoles sur le terrain ont une nouvelle vie, comme Caritas Secours, l’Accueil Botanique, La Fontaine, Sant’Egidio, Thermos, pour l’accueil de jour, et Saint-Laurent, Sentinelles de la nuit, Abris de nuit, pour l’accueil de nuit, tandis que des éléments plus professionnels se mettent en place avec la Croix-Rouge, les CPAS, etc. et que l’idée d’une coordination, existante certes, s’impose réellement. Outre l’aide aux démunis de nos régions, celle aux pays du Tiers monde, la réponse aux défis écologiques criants, tout doit être globalisé. Comme si la thèse de l’Abbé Pottier – chaque être humain a droit à une vie décente et juste – devait être étendue au monde, et s’arcbouter sur une commission de justice et de paix politique, qui devrait être active partout, et s’aider d’autres initiatives, comme les Carêmes de Partages depuis 1963, dépendant des groupes d’Entraide et de Fraternité axés sur les pays du sud., ou les Opérations 11.11.11 en Belgique. Avec le Pape François, l’accent est mis plus encore sur l’intégration des personnes dans la société. L’encyclique Laudato Si’ de mai 2015 met en exergue la nécessité dans le monde du respect de la création. Il s’agit d’une réflexion écologique globale, visant à protéger la nature, le climat et l’atmosphère, à conscientiser le monde avant la COP de Paris, intégrant une volonté œcuménique. Le Diocèse de Liège s’est engagé dans un système de transition, local et concret, à faire des petits pas. Les principales idées ? Réglementer et contrôler la terre, par un gouvernement mondial, travailler à la notion de paix, faire se rencontrer et se réconcilier les peuples, comme notamment à Bangui, l’idée fondamentale étant là que des convictions religieuses différentes ne peuvent engendrer la violence.

Monseigneur Delville insiste encore, en réponse aux nombreuses questions de l’assemblée, sur la volonté des Evêques de Belgique à conscientiser les mouvements sociaux au sens large à l’aide des personnes dans le besoin, aux nécessaires « petits pas » de tous en faveur d’un pays plus écologique ; un vicariat pour la santé va être créé pour soutenir les aumôniers d’hôpitaux. « En tant que chrétien, je pense que l’intuition / l’instruction de Jésus est un message important au service de l’humanité. » Ce message doit être relayé par l’ensemble des médias actuels aussi, et à destination de tous, écoles et mouvements de jeunesse compris !

 

Plus d’infos sur l’action de l’Eglise chrétienne catholique à Liège : www.liege.diocese.be

http://fr.radiovaticana.va/news/2015/08/19/larchev%C3%AAque,_le_pasteur_et_limam_de_bangui_r%C3%A9compens%C3%A9s_par_lonu/1166185

Comment aider les plus démunis ? http://pro.guidesocial.be/associations"

 

Bernadette Pâques, Secrétaire Générale

 

 

Avec le soutien de la Province de Liège

  Retour